MEGALITHES  DE  LA  GARRIGUE
 (DOLMENS ET MENHIRS) 

André Lopez et Francis Marcou

 avec la participation de Jean Sallèles






          Les constructions mégalithiques  n'ont aucun rapport temporel et pratique avec les constructions "modernes" en pierres sèches, sont les témoins d'architectures funéraires beaucoup plus anciennes, car préhistoriques (Néolithique), mais comportent également de gros blocs érigés (menhirs), des  dalles, des murets (dolmens), des pierres à cupules "sacrificielles" et partagent ainsi une même  nature géologique. Comme les précédentes, elles font donc partie de notre Garrigue, des Causse majeurs et s'intègrent parfaitement dans leurs paysages (Fig.1).

Capdelmundo 1
Fig. 1 - Dolmen  de Cap del Mundo, Villespassans, vu du sud
 Nature  géologique : calcaire hettangien.
Environnement végétal :  kermès, cades, cistes cotonneux, romarins, genêts scorpions
 Arrière plan : les Avant-monts (
photo  A.Lopez)


         Nous les décrirons sans toutefois envisager  le matériel archéologique extrait (vestiges humains, parures diverses, pièces lithiques...) car il est  hors sujet dans ce site


1 - Dolmens

          Ils comportent tous le monument proprement dit, formé  par un couloir ou vestibule et une chambre funéraire, et le tumulus, structure arrondie de recouvrement.

1.1. - Dolmens de la Garrigue (Bas Languedoc).

   
          Ils se rattachent aux  "dolmens languedociens", dénomination créée par Chevalier (1984,1986) et différent des dolmens caussenards par diverses particularités.
         Leur architecture interne est du type dolmen à couloir (Fig.1.à 9)
        En effet, le monument est formé  par un couloir qui aboutit à une chambre  rectangulaire ou trapézoidale. Cette dernière se compose  latéralement de deux dalles ou de murets en pierres sèches, d'une dalle de chevet et d'une couverture, dalle unique de trés grande taille. Les dimensions moyennes sont 2m de long et 1m,50 de large pour une hauteur de 2 m.....
          Le couloir est rectiligne, plus rarement courbe, mesure au plus 4m,50 de long, 0m,80 de large et 1m de haut. Ouvert en général à l'ouest (rarement au sud-sud ouest), il peut être dans le prolongement de l'axe de la chambre ou décentré, avec alors deux variantes possibles dites en "q" ou en "p" (in Beyneix,2003). Deux dalles transversales échancrées, ébauches du "hublot" ou "porte de four" existant dans d'autres dolmens (Soumont, garrigue du Lodèvois) peuvent marquer sa séparation  avec la chambre.
          Il existe parfois une antichambre ou locus intermédiaire.

Dolmen Montmajou 1
Dolmen Montmajou 2
Fig.2-  Dolmen de Montmajou, Villespassans
Fig.3-  Dolmen de Montmajou, autre vue
Nature géologique : calcaire dolomitique hettangien   Arrière plan : Avant-monts, massif du Caroux (Fig. droite)
 Environnement végétal actuel :  pelouse, brousse à chênes kermès et genêts scorpion  (photos  A.Lopez)



Dolmen Pascale 1
Dolmen Palombière
Fig.4- Dolmen n° 1 de la Serre Pascale.
Fig.5 - Dolmen de la Palombière, causse d'Assignan
 Nature  géologique : calcaire
Environnement végétal actuel : brousse à chêne kermès  (© photos  A.Lopez)
Nature géologique : calcaire, grés
Environnement végétal actuel :  arbousiers, genévriers de Phénicie


          L'architecture peut être mixte par la diversité des matériaux utilisés  de sorte que l'on en distingue plusieurs types selon la terminologie de Daniel (1960) : uniquement des dalles (A-dolmens); une chambre en dalles et un couloir en murets de pierres sèches (B-dolmens) ; uniquement des murets (C-dolmens) ; murs et dalles intercalés (B/C-dolmens).
          Ainsi le dolmen dit de Cap del Mundo (commune de Villespassans), est vraisemblablement un  B-dolmen mixte (Fig.1,6 à 8)

Capdelmundo 2
Capdelmundo,muret 1
Capdelmundo,muret 2
Fig.6 - Dolmen de Cap del Mundo, vu du nord
Fig.7 -  Muret côté droit, détail
Fig.8 -  Muret côté gauche, détail
Nature  géologique : calcaire hettangien.
Environnement végétal :  kermès, cades, cistes cotonneux, romarins, genêts scorpions photos  A.Lopez)

          Le tumulus est généralement un tertre circulaire (jusqu'à 11 m de diamètre) formé par une accumulation de petites dalles ou de pierraille que soutiennent des  dalles plus grandes dressées, à disposition rayonnante (péristalithe) et des murets. Il a été largement déblayé et n'est que peu  visible  dans les exemples qu'expose ce site.
         La plupart d'entr'eux sont réduits actuellement aux dalles verticales et aux murets. Le tumulus a été largement déblayé et n'est que peu  visible  dans les exemples qu'expose ce site. Le péristalithe est toutefois conservé autour d'un dolmen proche d'Assignan ( Bois de Monsieur).
         Dans de rares cas, la dalle de couverture est en place, qu'il sagisse de l'une de ses partie (dolmen de Lugné : Fig.9), ou de sa totalité (dolmen des Linquières, dit à tort "de Montmajou", près de Cébazan).
         
Dolmen 1 Lugné
Fig.9 - Dolmen n°1 de Lugné, Lugné. Table en place
Nature  géologique : quartzite
Environnement végétal actuel : maquis à arbousiers, chênes verts,     bruyères photo  A.Lopez)

       .

1.2. - Dolmens des Causses majeurs (Haut Languedoc).


          Les dolmens languedociens diffèrent quelque peu de ceux des Grands Causses.
          Ces derniers, dits dolmens caussenards,  font partie d'un vaste ensemble mégalithique étendu du Périgord aux Bouches du Rhône.
         Dispersés sur les plateaux, ils y occupent généralement une position élevée aux flancs des collines (puechs), sur les crêtes et ont une plus grande homogénéité architecturale que les précédents.
         Leur chambre a un plan élémentaire de sorte qu'ils sont dits "simples". Elle est quadrangulaire, formée par une dalle de chevet, deux longs supports ou montants latéraux  et une table de couverture unique reposant sur ces orthostates.Ses dimensions maxima sont 5 m de long, 2m,50 de large, 1m,80 de haut. Elle est généralement ouverte vers l'est ou le sud-est.
        Axial en Ardèche et dans le Quercy, le vestibule caussenard est  oblique par rapport à la chambre (dolmen dit "coudé"). Il est haut de 0m,90, dépourvu  de table de couverture mais  présente deux dalles placées en épi qui constituent ses parois latérales. Situé sur un puech au sud de Drigas (Causse Méjean, 48), le dolmen de Gouzilhac (restauré) en est un trés bel exemple (Fig.10 à 15). Il a été visité par la Société d'Etude des Sciences naturelles de Béziers ( Juin 1979) sous la présidence de l'un de nous (A.L) et la direction de Claude Lapeyre (Museum).


Gouzilhac 1
Gouzilhac 2
Fig.10 - Dolmen de Gouzilhac, Drigas. Vu de l'est (7/2008)
Fig.11 - Dolmen de Gouzilhac.Vu du sud-est
Nature géologique : calcaire secondaire
Environnement végétal actuel :  pelouse steppique du Méjean
(Stipe, Fétuques, Panicaut, Dompte-venin blanc, Germandrées, Sédums, Grande Consoude, Serpolet) photos  A.Lopez)

Gouzilhac 3
Gouzilhac 4
Fig.12 - Dolmen de Gouzilhac. Dalles  du vestibule (flèches)
Fig. 13- Dolmen de Gouzilhac. Chambre, vue intérieure
Nature géologique : calcaire secondaire  photos  A.Lopez)

Gouzilhac 5
Gouzilhac 6
Fig. 14 - Dolmen de Gouzilhac. Vu du nord-ouest
Fig. 15 - Dolmen de Gouzilhac. Vu du nord-est
Nature géologique : calcaire secondaire
Au fond, le sud du Méjean, ses boisements de Pin noir et le massif de l' Aigoual  photos  A.Lopez)


        Le
tumulus, initialement rectangulaire ou trapézoïdal, s'est ultérieurement dégradé,  apparait aujourd'hui comme un tertre de pierres sèches ovale ou circulaire  et peut atteindre jusqu'à 50 m de diamètre. La chambre est centrale mais s'ouvre en façade par le vestibule.
        L'
origine  languedocienne ou atlantique du mégalithisme caussenard est encore discutée (Chevalier,1984 ; Pajot).

1.3.- Cas particuliers

        En fait, la distinction géographique ne doit pas être aussi rigoureuse.
        Des dolmens dits "simples" comme ceux des Causses majeurs peuvent se rencontrer également en pleine Garrigue. Tels sont les cas de celui des Linquières (Saint Chinianais) (
Fig.16) et de ceux du Bouis (Minervois) (Fig.17 à 19).


Dolmen Linquières
Fig.16 - Dolmen des Linquières, dit à tort "de Montmajou", Cébazan
Nature géologique : calcaire hettangien
Environnement végétal actuel :  pelouse, pins d'Alep photo  A.Lopez)

Dolmen Bouis 1
Dolmen Bouis 2
Fig.17 - Dolmen n°2, causse du Bouis, près de Minerve
Fig.18 - Dolmen n°2, causse du Bouis, autre vue
Nature géologique : calcaire éocène à alvéolines
Environnement végétal actuel : ciste cotonneux, genévriers, chênes photos  A.Lopez)

Dolmen Bouis 3
Fig.19 - Dolmen n°2, causse  du Bouis, vue latéralephoto  A.Lopez)


        Un dolmen peut être "associé" avec une construction  historique. Tel est le cas d'un autre mégalithe de la Serre Pascale (
Dolmen n°2 : Figs.20 : 1 à 8) dont  l'un des montants sert d'appui à une capitelle aujourd'hui ruinée.


Dolmen 2 Serre Pascale 1
Dolmen 2 Serre Pascale 2
Fig.20 .1- Dolmen n° 2 de la Serre Pascale (à gauche) et cabane (à droite)
Fig.20 .2 - Autre vue: Dolmen à gauche, capitelle à droite 
Nature  géologique : calcaire
Environnement végétal actuel  : brousse à  kermès, romarins, cistes cotonneux,  pins d' Alepphotos  A.Lopez)


Dolmen n°2 Serre Pascale 3
Dolmen n°2 Serre Pascale 5
Fig.20.3 - Capitelle : porte et intérieur photo  A.Lopez)
Fig.20.4 - Capitelle et Dolmenphoto  A.Lopez)

Dolmen 2 Serre Pascale 6
Dolmen 2 Serre Pascale 7
Fig.20.5- Dolmen et capitelle : autre vuephoto  A.Lopez)
Fig.20.6- Dolmen : couloir et montantsphoto  A.Lopez)

Dolmen 2 Serre Pascale 8
Dolmen 2 Serre Pascale 9
Fig.20.7- Dolmen : autre vuephotos  A.Lopez)
Fig.20.8-  Dolmen (couloir et montants) et capitelle : autre vue

        Par ailleurs, d'autres monuments ont une forme atypique.
      -  Le dolmen de Barrès, découvert par Francis Marcou en 1992,  près de Cébazan, se situe aussi en pleine garrigue ne présente pas le plan habituel des dolmens du Bas Languedoc (Fig.21,22). Il est formé au sud-est par un couloir non bâti, et par une chambre originale, en coffre sub-circulaire polygonal, qui semble s'enfonçer comme  un "cratère" ovale- tronqué. Elle se singularise aussi  par la nature géologique de ses 9 montants (Marcou,2000 ; Marcou, 2009) :  6 en grès campanien, 2 en calcaire dolomitique compact hettangien, semblable à celui du substrat rocheux, et le 9eme, en un calcaire à cavités bien distinct des précédents (Fig.21,22 : flèches).
        Le tumulus circulaire mesure environ 11 m de diamètre.
        Une telle architecture n'est pas sans rappeler celle des dolmens dits "pyrénéens".
                         
Dolmen Barrès 1
Dolmen Barrès 2
Fig.21 - Dolmen subcirculaire de Barrès, près de Cébazan
Fig.22 - Dolmen subcirculaire de Barrès, autre vue
Substrat : dolomie hettangienne.  Montants : même calcaire,  calcaire à cavités (flèches)  et grés.
Environnement végétal actuel : pelouse, chênes verts
Nature  géologique : calcaire photos  A.Lopez)

          - Le dolmen dit du Bois de Monsieur, près d'Assignan, a été édifié sur une petite éminence. Toujours en pleine garrigue, il présente un autre plan insolite.  Deux couloirs, dont l'un couvert à son extrémité, s'y recoupent à angle droit de sorte que leur ensemble dessine une figure en "T" (Fig.23 à 26).
                   

Bois Mons.2
Bois Mons.1
Fig.23 - Dolmen en "T" du Bois de Monsieur, près d'Assignan
Fig.24 - Dolmen en "T" du Bois de Monsieur, autre vue
 Montants, table : calcaire. Flèche rouge (Fig.14) : entrée du couloir latéral, vu de face dans la Fig.15
Environnement végétal actuel : chênes verts, genévriers, buis, genêts scorpions (fleuris)   photos  A.Lopez)

Bois Mons.3
Bois Mons.4
Fig.25 - Grand couloir, vu de l'ouest
Fig.26 - Grand couloir, vu du sud  photos A.Lopez)


Des dalles de péristalithe sont encore  dressées dans les vestiges du tumulus. Leur disposition rayonnante et en arc de cercle est bien reconnaissable (Fig.27, 28).


Bois Mons.,peris.1
Bois Mons.peris.2
Fig. 27 - Péristalithe : 3 dalles (flèches) dans la pierraille du tumulus
Fig. 28- Péristalithe : dalle isolée dans la pierraille photos A.Lopez)

Diverses  "annexes" sont visibles dans le  voisinage du dolmen : un beau lapiaz localisé dont les dalles-montants  auraient été extraites (
Fig. 29), un bassin fracturé (Fig.30) et un trés grand clapas, avec chemin d'accés et muret de soutènement (Fig.31 à 33). Les rapports exacts de ces derniers avec le monument funéraire restent encore à préciser.

Bois Mons.,lapiaz
Bois.Mons.,bassin
Bois.Mons.,clapas
Fig.29 - Lapiaz photo A.Lopez)
Fig.30 - Bassin photos A.Lopez)
Fig.31 - Grand clapas et chemin d'accés

Bois Mons.,chem.
Bois Mons.,mur
Fig.32 -Chemin d'accés photo A.Lopez)
Fig. 33 - Muret de soutènement photo A.Lopez)

2 - Menhirs
  ......

Menhir Assignan-Tudéry 1
Menhir Assignan-Tudéry 2
Fig. 34 - Menhir couché au bord d'un chemin.
 Causse d'Assignan-Tudéry. Flèche rouge : croix lobée
Fig. 35 - Détail : croix lobée
Nature  géologique : calcaire. Environnement végétal actuel  : ... photos  A.Lopez)

3 - " Pierres à cupules "


Pierre Saint Jean 1
Pierre Saint Jean 2
Fig. 36 - Pierre à cupule
 Gorge du Gourp des Boeufs, entre Assignan et St Jean-du- Minervois, Minervois : vue latérale
Fig. 36 - Pierre à cupule
 Gorge du Gourp des Boeufs, entre Assignan et St Jean-du- Minervois,
 Minervois : autre
vue latérale
Nature  géologique : calcaire. Environnement végétal actuel  : ... photos  A.Lopez)


Pierre Saint Jean 3
Bassin bec
Fig. 37 - Pierre à cupule
 Gorge du Gourp des Boeufs, entre Assignan et St Jean-du- Minervois,
Minervois 
: vue latérale, interstice 
photo  A.Lopez)
Fig. 37 - Pierre à cupule
 Gorge du Gourp des Boeufs, entre Assignan et St Jean-du- Minervois, Minervois : bassin et son "bec" (flèches)  photo  A.Lopez)


Bibliographie

Marcou, F., 2000.- Contribution à l'étude des dolmens de Cébazan. - Bull.Soc.Et.Sci.nat.Béziers,N.S.,XVIII (59)-1999-2000, p.30-35.
Marcou, F., 2009 (avec Gatorze J. & J.Sallèles) -  Bull. Soc.Et.Sci.nat. Béziers, NS, XXII (63), p. 42-50.

                 
              

                                           Sous-site en construction